Société d'Etudes Diverses
de Louviers et de sa région

Histoire-Les Dossiers.
Les Possédées et la presse à scandales.
Retour à la page d'accueil Rubrique Histoire Les Dossiers
Actualité
Communiq.
Histoire
Patrimoine
Conférences
Images
Accueil

Dans les années 60, le journal intitulé "Nostradamus", appartenait à ce qu'on appelait alors "la presse à scandales". Un ami a retrouvé un article consacré à "l'affaire des possédées de Louviers". Grivoiserie, anachronisme, affabulation, amalgame, sensationnel, illustrations choc, formules péremptoires, tous les ingrédients de la presse "people" sont déjà bien en place.

Avertissement.
Les images présentées ci-après n'ont d'autre intérêt que leur aspect anecdotique et daté, exemple d'une certaine presse dont les méthodes perdurent et s'étendent même.

Pour connaître "l'Affaire", mieux vaut se reporter au texte de Louis Béquet, qu'on trouve sur le site dans la rubrique Histoire/Dossiers.

Titres frappants, mélange d'illustrations fantaisistes et de documents réels.

Les textes sont dignes des illustrations et mêlent les affaires : Loudun, Louviers, l'Italie ...

Image fantaisiste et document. Si la scène "adamiste" est de pure imagination, le costume de religieuse a été copié sur un dessin de L. Barbe réalisé d'après la règle du couvent Saint-Louis-Sainte-Elisabeth

Faute de date précise de la publication de ce journal, la vue de l'Hôtel de Ville et les modèles de voitures permettent de situer cette parution aux alentours de 1965.

.

Deux des illustrations de la première page sont des copies de dessins de Lucien Barbe publiés en 1898 dans un texte de référence "L'histoire du couvent Saint-Louis-Sainte-Elisabeth" -et reproduits ici-

Faute d'argumentation historique sérieuse, le mélange des "affaires" et les sous-titres "accrocheurs" font offices de preuves !La dernière illustration : le diable aux pieds fourchus toumente les nonnes.
Si la conclusion du texte invente à Madeleine Bavent une fin conforme au ton de l'article, elle condamne sans discussion Picard et Boullay, mais ignore l'abominable bûcher final.
Retour à la page d'accueil Rubrique Histoire Les Dossiers